Key fingerprint 9EF0 C41A FBA5 64AA 650A 0259 9C6D CD17 283E 454C

-----BEGIN PGP PUBLIC KEY BLOCK-----

mQQBBGBjDtIBH6DJa80zDBgR+VqlYGaXu5bEJg9HEgAtJeCLuThdhXfl5Zs32RyB
I1QjIlttvngepHQozmglBDmi2FZ4S+wWhZv10bZCoyXPIPwwq6TylwPv8+buxuff
B6tYil3VAB9XKGPyPjKrlXn1fz76VMpuTOs7OGYR8xDidw9EHfBvmb+sQyrU1FOW
aPHxba5lK6hAo/KYFpTnimsmsz0Cvo1sZAV/EFIkfagiGTL2J/NhINfGPScpj8LB
bYelVN/NU4c6Ws1ivWbfcGvqU4lymoJgJo/l9HiV6X2bdVyuB24O3xeyhTnD7laf
epykwxODVfAt4qLC3J478MSSmTXS8zMumaQMNR1tUUYtHCJC0xAKbsFukzbfoRDv
m2zFCCVxeYHvByxstuzg0SurlPyuiFiy2cENek5+W8Sjt95nEiQ4suBldswpz1Kv
n71t7vd7zst49xxExB+tD+vmY7GXIds43Rb05dqksQuo2yCeuCbY5RBiMHX3d4nU
041jHBsv5wY24j0N6bpAsm/s0T0Mt7IO6UaN33I712oPlclTweYTAesW3jDpeQ7A
ioi0CMjWZnRpUxorcFmzL/Cc/fPqgAtnAL5GIUuEOqUf8AlKmzsKcnKZ7L2d8mxG
QqN16nlAiUuUpchQNMr+tAa1L5S1uK/fu6thVlSSk7KMQyJfVpwLy6068a1WmNj4
yxo9HaSeQNXh3cui+61qb9wlrkwlaiouw9+bpCmR0V8+XpWma/D/TEz9tg5vkfNo
eG4t+FUQ7QgrrvIkDNFcRyTUO9cJHB+kcp2NgCcpCwan3wnuzKka9AWFAitpoAwx
L6BX0L8kg/LzRPhkQnMOrj/tuu9hZrui4woqURhWLiYi2aZe7WCkuoqR/qMGP6qP
EQRcvndTWkQo6K9BdCH4ZjRqcGbY1wFt/qgAxhi+uSo2IWiM1fRI4eRCGifpBtYK
Dw44W9uPAu4cgVnAUzESEeW0bft5XXxAqpvyMBIdv3YqfVfOElZdKbteEu4YuOao
FLpbk4ajCxO4Fzc9AugJ8iQOAoaekJWA7TjWJ6CbJe8w3thpznP0w6jNG8ZleZ6a
jHckyGlx5wzQTRLVT5+wK6edFlxKmSd93jkLWWCbrc0Dsa39OkSTDmZPoZgKGRhp
Yc0C4jePYreTGI6p7/H3AFv84o0fjHt5fn4GpT1Xgfg+1X/wmIv7iNQtljCjAqhD
6XN+QiOAYAloAym8lOm9zOoCDv1TSDpmeyeP0rNV95OozsmFAUaKSUcUFBUfq9FL
uyr+rJZQw2DPfq2wE75PtOyJiZH7zljCh12fp5yrNx6L7HSqwwuG7vGO4f0ltYOZ
dPKzaEhCOO7o108RexdNABEBAAG0Rldpa2lMZWFrcyBFZGl0b3JpYWwgT2ZmaWNl
IEhpZ2ggU2VjdXJpdHkgQ29tbXVuaWNhdGlvbiBLZXkgKDIwMjEtMjAyNCmJBDEE
EwEKACcFAmBjDtICGwMFCQWjmoAFCwkIBwMFFQoJCAsFFgIDAQACHgECF4AACgkQ
nG3NFyg+RUzRbh+eMSKgMYOdoz70u4RKTvev4KyqCAlwji+1RomnW7qsAK+l1s6b
ugOhOs8zYv2ZSy6lv5JgWITRZogvB69JP94+Juphol6LIImC9X3P/bcBLw7VCdNA
mP0XQ4OlleLZWXUEW9EqR4QyM0RkPMoxXObfRgtGHKIkjZYXyGhUOd7MxRM8DBzN
yieFf3CjZNADQnNBk/ZWRdJrpq8J1W0dNKI7IUW2yCyfdgnPAkX/lyIqw4ht5UxF
VGrva3PoepPir0TeKP3M0BMxpsxYSVOdwcsnkMzMlQ7TOJlsEdtKQwxjV6a1vH+t
k4TpR4aG8fS7ZtGzxcxPylhndiiRVwdYitr5nKeBP69aWH9uLcpIzplXm4DcusUc
Bo8KHz+qlIjs03k8hRfqYhUGB96nK6TJ0xS7tN83WUFQXk29fWkXjQSp1Z5dNCcT
sWQBTxWxwYyEI8iGErH2xnok3HTyMItdCGEVBBhGOs1uCHX3W3yW2CooWLC/8Pia
qgss3V7m4SHSfl4pDeZJcAPiH3Fm00wlGUslVSziatXW3499f2QdSyNDw6Qc+chK
hUFflmAaavtpTqXPk+Lzvtw5SSW+iRGmEQICKzD2chpy05mW5v6QUy+G29nchGDD
rrfpId2Gy1VoyBx8FAto4+6BOWVijrOj9Boz7098huotDQgNoEnidvVdsqP+P1RR
QJekr97idAV28i7iEOLd99d6qI5xRqc3/QsV+y2ZnnyKB10uQNVPLgUkQljqN0wP
XmdVer+0X+aeTHUd1d64fcc6M0cpYefNNRCsTsgbnWD+x0rjS9RMo+Uosy41+IxJ
6qIBhNrMK6fEmQoZG3qTRPYYrDoaJdDJERN2E5yLxP2SPI0rWNjMSoPEA/gk5L91
m6bToM/0VkEJNJkpxU5fq5834s3PleW39ZdpI0HpBDGeEypo/t9oGDY3Pd7JrMOF
zOTohxTyu4w2Ql7jgs+7KbO9PH0Fx5dTDmDq66jKIkkC7DI0QtMQclnmWWtn14BS
KTSZoZekWESVYhORwmPEf32EPiC9t8zDRglXzPGmJAPISSQz+Cc9o1ipoSIkoCCh
2MWoSbn3KFA53vgsYd0vS/+Nw5aUksSleorFns2yFgp/w5Ygv0D007k6u3DqyRLB
W5y6tJLvbC1ME7jCBoLW6nFEVxgDo727pqOpMVjGGx5zcEokPIRDMkW/lXjw+fTy
c6misESDCAWbgzniG/iyt77Kz711unpOhw5aemI9LpOq17AiIbjzSZYt6b1Aq7Wr
aB+C1yws2ivIl9ZYK911A1m69yuUg0DPK+uyL7Z86XC7hI8B0IY1MM/MbmFiDo6H
dkfwUckE74sxxeJrFZKkBbkEAQRgYw7SAR+gvktRnaUrj/84Pu0oYVe49nPEcy/7
5Fs6LvAwAj+JcAQPW3uy7D7fuGFEQguasfRrhWY5R87+g5ria6qQT2/Sf19Tpngs
d0Dd9DJ1MMTaA1pc5F7PQgoOVKo68fDXfjr76n1NchfCzQbozS1HoM8ys3WnKAw+
Neae9oymp2t9FB3B+To4nsvsOM9KM06ZfBILO9NtzbWhzaAyWwSrMOFFJfpyxZAQ
8VbucNDHkPJjhxuafreC9q2f316RlwdS+XjDggRY6xD77fHtzYea04UWuZidc5zL
VpsuZR1nObXOgE+4s8LU5p6fo7jL0CRxvfFnDhSQg2Z617flsdjYAJ2JR4apg3Es
G46xWl8xf7t227/0nXaCIMJI7g09FeOOsfCmBaf/ebfiXXnQbK2zCbbDYXbrYgw6
ESkSTt940lHtynnVmQBvZqSXY93MeKjSaQk1VKyobngqaDAIIzHxNCR941McGD7F
qHHM2YMTgi6XXaDThNC6u5msI1l/24PPvrxkJxjPSGsNlCbXL2wqaDgrP6LvCP9O
uooR9dVRxaZXcKQjeVGxrcRtoTSSyZimfjEercwi9RKHt42O5akPsXaOzeVjmvD9
EB5jrKBe/aAOHgHJEIgJhUNARJ9+dXm7GofpvtN/5RE6qlx11QGvoENHIgawGjGX
Jy5oyRBS+e+KHcgVqbmV9bvIXdwiC4BDGxkXtjc75hTaGhnDpu69+Cq016cfsh+0
XaRnHRdh0SZfcYdEqqjn9CTILfNuiEpZm6hYOlrfgYQe1I13rgrnSV+EfVCOLF4L
P9ejcf3eCvNhIhEjsBNEUDOFAA6J5+YqZvFYtjk3efpM2jCg6XTLZWaI8kCuADMu
yrQxGrM8yIGvBndrlmmljUqlc8/Nq9rcLVFDsVqb9wOZjrCIJ7GEUD6bRuolmRPE
SLrpP5mDS+wetdhLn5ME1e9JeVkiSVSFIGsumZTNUaT0a90L4yNj5gBE40dvFplW
7TLeNE/ewDQk5LiIrfWuTUn3CqpjIOXxsZFLjieNgofX1nSeLjy3tnJwuTYQlVJO
3CbqH1k6cOIvE9XShnnuxmiSoav4uZIXnLZFQRT9v8UPIuedp7TO8Vjl0xRTajCL
PdTk21e7fYriax62IssYcsbbo5G5auEdPO04H/+v/hxmRsGIr3XYvSi4ZWXKASxy
a/jHFu9zEqmy0EBzFzpmSx+FrzpMKPkoU7RbxzMgZwIYEBk66Hh6gxllL0JmWjV0
iqmJMtOERE4NgYgumQT3dTxKuFtywmFxBTe80BhGlfUbjBtiSrULq59np4ztwlRT
wDEAVDoZbN57aEXhQ8jjF2RlHtqGXhFMrg9fALHaRQARAQABiQQZBBgBCgAPBQJg
Yw7SAhsMBQkFo5qAAAoJEJxtzRcoPkVMdigfoK4oBYoxVoWUBCUekCg/alVGyEHa
ekvFmd3LYSKX/WklAY7cAgL/1UlLIFXbq9jpGXJUmLZBkzXkOylF9FIXNNTFAmBM
3TRjfPv91D8EhrHJW0SlECN+riBLtfIQV9Y1BUlQthxFPtB1G1fGrv4XR9Y4TsRj
VSo78cNMQY6/89Kc00ip7tdLeFUHtKcJs+5EfDQgagf8pSfF/TWnYZOMN2mAPRRf
fh3SkFXeuM7PU/X0B6FJNXefGJbmfJBOXFbaSRnkacTOE9caftRKN1LHBAr8/RPk
pc9p6y9RBc/+6rLuLRZpn2W3m3kwzb4scDtHHFXXQBNC1ytrqdwxU7kcaJEPOFfC
XIdKfXw9AQll620qPFmVIPH5qfoZzjk4iTH06Yiq7PI4OgDis6bZKHKyyzFisOkh
DXiTuuDnzgcu0U4gzL+bkxJ2QRdiyZdKJJMswbm5JDpX6PLsrzPmN314lKIHQx3t
NNXkbfHL/PxuoUtWLKg7/I3PNnOgNnDqCgqpHJuhU1AZeIkvewHsYu+urT67tnpJ
AK1Z4CgRxpgbYA4YEV1rWVAPHX1u1okcg85rc5FHK8zh46zQY1wzUTWubAcxqp9K
1IqjXDDkMgIX2Z2fOA1plJSwugUCbFjn4sbT0t0YuiEFMPMB42ZCjcCyA1yysfAd
DYAmSer1bq47tyTFQwP+2ZnvW/9p3yJ4oYWzwMzadR3T0K4sgXRC2Us9nPL9k2K5
TRwZ07wE2CyMpUv+hZ4ja13A/1ynJZDZGKys+pmBNrO6abxTGohM8LIWjS+YBPIq
trxh8jxzgLazKvMGmaA6KaOGwS8vhfPfxZsu2TJaRPrZMa/HpZ2aEHwxXRy4nm9G
Kx1eFNJO6Ues5T7KlRtl8gflI5wZCCD/4T5rto3SfG0s0jr3iAVb3NCn9Q73kiph
PSwHuRxcm+hWNszjJg3/W+Fr8fdXAh5i0JzMNscuFAQNHgfhLigenq+BpCnZzXya
01kqX24AdoSIbH++vvgE0Bjj6mzuRrH5VJ1Qg9nQ+yMjBWZADljtp3CARUbNkiIg
tUJ8IJHCGVwXZBqY4qeJc3h/RiwWM2UIFfBZ+E06QPznmVLSkwvvop3zkr4eYNez
cIKUju8vRdW6sxaaxC/GECDlP0Wo6lH0uChpE3NJ1daoXIeymajmYxNt+drz7+pd
jMqjDtNA2rgUrjptUgJK8ZLdOQ4WCrPY5pP9ZXAO7+mK7S3u9CTywSJmQpypd8hv
8Bu8jKZdoxOJXxj8CphK951eNOLYxTOxBUNB8J2lgKbmLIyPvBvbS1l1lCM5oHlw
WXGlp70pspj3kaX4mOiFaWMKHhOLb+er8yh8jspM184=
=5a6T
-----END PGP PUBLIC KEY BLOCK-----

		

Contact

If you need help using Tor you can contact WikiLeaks for assistance in setting it up using our simple webchat available at: https://wikileaks.org/talk

If you can use Tor, but need to contact WikiLeaks for other reasons use our secured webchat available at http://wlchatc3pjwpli5r.onion

We recommend contacting us over Tor if you can.

Tor

Tor is an encrypted anonymising network that makes it harder to intercept internet communications, or see where communications are coming from or going to.

In order to use the WikiLeaks public submission system as detailed above you can download the Tor Browser Bundle, which is a Firefox-like browser available for Windows, Mac OS X and GNU/Linux and pre-configured to connect using the anonymising system Tor.

Tails

If you are at high risk and you have the capacity to do so, you can also access the submission system through a secure operating system called Tails. Tails is an operating system launched from a USB stick or a DVD that aim to leaves no traces when the computer is shut down after use and automatically routes your internet traffic through Tor. Tails will require you to have either a USB stick or a DVD at least 4GB big and a laptop or desktop computer.

Tips

Our submission system works hard to preserve your anonymity, but we recommend you also take some of your own precautions. Please review these basic guidelines.

1. Contact us if you have specific problems

If you have a very large submission, or a submission with a complex format, or are a high-risk source, please contact us. In our experience it is always possible to find a custom solution for even the most seemingly difficult situations.

2. What computer to use

If the computer you are uploading from could subsequently be audited in an investigation, consider using a computer that is not easily tied to you. Technical users can also use Tails to help ensure you do not leave any records of your submission on the computer.

3. Do not talk about your submission to others

If you have any issues talk to WikiLeaks. We are the global experts in source protection – it is a complex field. Even those who mean well often do not have the experience or expertise to advise properly. This includes other media organisations.

After

1. Do not talk about your submission to others

If you have any issues talk to WikiLeaks. We are the global experts in source protection – it is a complex field. Even those who mean well often do not have the experience or expertise to advise properly. This includes other media organisations.

2. Act normal

If you are a high-risk source, avoid saying anything or doing anything after submitting which might promote suspicion. In particular, you should try to stick to your normal routine and behaviour.

3. Remove traces of your submission

If you are a high-risk source and the computer you prepared your submission on, or uploaded it from, could subsequently be audited in an investigation, we recommend that you format and dispose of the computer hard drive and any other storage media you used.

In particular, hard drives retain data after formatting which may be visible to a digital forensics team and flash media (USB sticks, memory cards and SSD drives) retain data even after a secure erasure. If you used flash media to store sensitive data, it is important to destroy the media.

If you do this and are a high-risk source you should make sure there are no traces of the clean-up, since such traces themselves may draw suspicion.

4. If you face legal action

If a legal action is brought against you as a result of your submission, there are organisations that may help you. The Courage Foundation is an international organisation dedicated to the protection of journalistic sources. You can find more details at https://www.couragefound.org.

WikiLeaks publishes documents of political or historical importance that are censored or otherwise suppressed. We specialise in strategic global publishing and large archives.

The following is the address of our secure site where you can anonymously upload your documents to WikiLeaks editors. You can only access this submissions system through Tor. (See our Tor tab for more information.) We also advise you to read our tips for sources before submitting.

http://rpzgejae7cxxst5vysqsijblti4duzn3kjsmn43ddi2l3jblhk4a44id.onion (Verify)

If you cannot use Tor, or your submission is very large, or you have specific requirements, WikiLeaks provides several alternative methods. Contact us to discuss how to proceed.


Loppsi: l'étude d'impact

From WikiLeaks

Jump to: navigation, search

September 6, 2009

image:liberation.jpg

Le gouvernement a publié son étude d’impact du projet de loi sur la sécurité intérieure. Lecture détaillée du chapitre sur le blocage des sites Internet.

Par Astrid Girardeu (Libération)

Une étude d’impact (pdf) accompagne désormais la Loppsi, le projet de loi sur la sécurité intérieure, présenté le 27 mai dernier, en conseil des ministres. Elle est décrite comme retraçant « les principaux éléments d’analyse qui ont guidé le Gouvernement dans l’élaboration » du projet de loi. Lecture commentée par Jean-Michel Planche, de Witbe, du chapitre relatif à l’article 4 sur la « protection des internautes contre les images et représentations de mineurs à caractère pornographique ». Et sur l’obligation pour les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) de bloquer des sites.

« Virtuel, mouvant, disséminé »

L’étude rappelle tout d’abord que le projet de loi ne vise pas à empêcher les contenus pédo-pornographiques de circuler sur le net, mais simplement de les masquer aux yeux des internautes français. La faute à la « nature même de l’Internet : virtuel, mouvant, disséminé » qui permet à « l’hébergement d’un site illicite d’être modifié en quelques minutes, à distance et anonymement ». De même, plus loin, on lit que « l’actionnement des hébergeurs à l’étranger est inefficace voire impossible du fait de la volatilité des sites qui migrent régulièrement d’hébergeurs et de pays. »

Pour Jean-Michel Planche, de Witbe, cela montre bien que « le blocage par liste mentionnant ces hébergeurs sera inefficace ». Et de souligner : « on ne s’attaque pas aux causes, mais à l’une des conséquences ... évidement sur des acteurs dont on a le plus d’aspérité et de capacité de pression possible. »

« L’autorité administrative ne dispose d’aucun pouvoir »

Ensuite, l’étude se penche sur les dispositifs législatifs en vigueur. Soit l’article 227-23 du code pénal qui sanctionne la production, consultation habituelle, détention, enregistrement, ou diffusion d’images et de représentations de mineurs à caractère pornographique d’une peine de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende. Et l’article 6 de la LCEN contre la diffusion de contenus illicites sur Internet.

Ce dernier est basé sur le principe de subsidiarité. C’est-à-dire qu’on doit d’abord s’adresser à l’éditeur, puis à l’hébergeur, et enfin à l’opérateur qui doivent « agir promptement » pour supprimer ou rendre impossible l’accès à des données illicites dès lors qu’ils ont eu la connaissance effective. Si la responsabilité civile et pénale des éditeurs et hébergeurs peut être engagée, ça n’est pas le cas pour les fournisseurs d’accès Internet. L’article prévoit également que « l’autorité judiciaire peut prescrire en référé ou sur requête », aux éditeurs, hébergeurs et fournisseurs d’accès Internet, « toutes mesures propres à prévenir un dommage ou à faire cesser un dommage occasionné par le contenu d’un service de communication en ligne ».

Il y existe donc bien aujourd’hui, en France, un cadre légal, qui permet de bloquer des contenus jugés illicites hébergés en France, comme à l’étranger. Mais le gouvernement souhaite pouvoir aller vite. Donc supprimer le principe de subsidiarité. Engager la responsabilité civile et pénale des fournisseurs d’accès Internet. Et enfin évacuer l’autorité judiciaire.

Ce point, pourtant essentiel, est très rapidement abordé dans le chapitre suivant sur les « contraintes » : « l’autorité administrative ne dispose d’aucun pouvoir en dehors du signalement à l’hébergeur ou de la saisie de l’autorité judiciaire et ce quelque soit le lieu d’hébergement du site. » Comprendre, l’autorité administrative doit avoir les pouvoirs de faire bloquer un site, sans passer par une autorité judiciaire.

« Nous avons demandé que ce soit un juge qui valide la liste noire des sites à bloquer, et non pas une autorité administrative. On est donc très perplexe sur la mise en place d’un tel dispositif », nous a indiqué Yves Le Mouël, directeur général de la Fédération française des télécoms (FFT). Il juge par ailleurs la remise en cause de la subsidiarité « vraiment inacceptable ».

« Illusoire »

L’étude revient ensuite (pdf) sur la recommandation du Forum des droits sur l’Internet (FDI), publiée en décembre dernier, et dont on a déjà longuement parlé. Il est dit que le texte proposé par le ministère de l’Intérieur « est inspiré, dans son économie générale, des principes préconisés par cette recommandation » autour de trois objectifs :

- « a) prévenir l’accès involontaire des internautes aux sites pédo-pornographiques. En cliquant sur un lien, un internaute peut se retrouver confronté malgré lui à un contenu pédo-pornographique. »

« Le FDI a t-il travaillé pour recenser le nombre de cas où un internaute à eu un accès involontaire à ce type d’information ? » se demande Jean-Michel Planche.

- « b) complexifier l’accès volontaire de certains internautes à des sites pédo-pornographiques. En constatant que leurs tentatives de connexion sont bloquées, les amateurs les moins motivés seront dissuadés de poursuivre leurs recherches de contenus pédo-pornographiques. Seuls les délinquants les plus déterminés sauront contourner le blocage par des moyens techniques diffusés sur Internet. »

« Illusoire », commente Jean-Michel Planche. On se souvient par ailleurs que, dans sa recommandation, le FDI estime que quelque soit les dispositifs de filtrage mis en place, ils « sont contournables par un internaute avisé ».

- « c) réduire les bénéfices illicites des organisations criminelles, qui produisent et diffusent de la pédo-pornographie. »

« Des réseaux alternatifs beaucoup moins développés qu’en France »

Le troisième chapitre du document est consacré aux exemples étrangers, et aux différents systèmes de blocage. L’étude revient tout d’abord sur les fameux modèles scandinaves. Elle décrit le système de blocage mis en œuvre en Suède, Norvége et Danemark, et son « succès » :15 000 connexions filtrées par jour en Norvège, et 30 000 en Suède.

« Les installations scandinaves auraient des réseaux alternatifs beaucoup moins développés qu’en France, que le système scandinave est proche d’un modèle non dégroupé qui ne laisse subsister qu’un seul opérateur de raccordement » est-il indiqué, en fin de chapitre. Contrairement à ce que à l’analyse de Nadine Morano« Cela se fait déjà en Norvège, je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas le cas en France » — cela n’est pas si simple. On revient à ce que nous disait, il y a quelques mois, Benjamin Bayart, président du fournisseur FDN : « Il y a des exemples testés sur des réseaux qui structurellement ne ressemblent absolument pas au nôtre, par exemple en Norvège. » De plus, selon Yves Le Mouël, de la FFT, même au niveau français, « il y a des problématiques de réseau totalement différentes selon les opérateurs. »

Par contre l’étude omet de préciser que la liste noire du Danemark, comme celle de la Thaïlande ont été diffusées sur le site Wikileaks. Or la diffusion de cette liste noire est l’une des première faille du dispositif, comme nous le soulignons récemment.

« L’ensemble des services proposés sur le domaine concerné sont bloqués »

« Il est prévu de renvoyer à un décret d’application la fixation des modalités d’application de ce dispositif, notamment la définition des dispositifs techniques utilisés », est-il ensuite indiqué, avant toutefois de revenir sur les quatre solutions techniques de filtrage aujourd’hui envisageables : filtrage par DNS, filtrage par adresse IP et filtrage hybride. Ici l’étude reprendles conclusions du FDI, qui du sur-blocage, à la facilité de contournement soulignaient les inconvénients de chaque dispositif. Des risques également décrits en détail dans l’étude indépendante de Christophe Espern.

A propos du filtrage par DNS, l’étude d’impact explique par exemple : « Ce système comporte plusieurs inconvénients : l’ensemble des services proposés sur le domaine concerné sont bloqués les pages Web mais aussi les méls, le tchat... Ce système comporte intrinsèquement un risque de « sur-blocage » ; enfin, il suffit de connaître l’adresse IP du site concerné pour contourner le blocage. » Quand au filtrage par URL (via proxy), s’il permet de limiter les risques de sur-blocage, il « faudrait que les FAI fassent l’acquisition de multiples serveurs (plusieurs millions d’euros par FAI) » estime l’étude.

« Cette obligation ne heurte pas le principe de la neutralité »

« Le dispositif institue à la charge des fournisseurs d’accès à internet une nouvelle obligation. Cette obligation ne heurte pas le principe de la neutralité de ces opérateurs par rapport aux contenus puisque l’identification des contenus illicites est à la charge des services de police » explique le document.

« L’argument est spécieux, selon Jean-Michel Planche. « Cette obligation contrevient aux principes de neutralité du réseau et que l’opérateur ne décide pas ce qui est bloqué ou non. A ma connaissance, on ne coupe pas encore l’électricité aux pédophiles sous prétexte qu’ils ont une activité pédophile "grâce" à la lumière. »

Ensuite, après avoir rappelé que lesFAI « seront indemnisés pour le surcoût engendré par la mise en place de ce dispositif », il est donné une estimation du coût pour la mise en place d’un blocage par DNS : 4 000 euros pour 100 000 abonnés. « « A titre de comparaison, ce dispositif a coûté 62 millions d’euros aux autorités australiennes, alors que les FAI sont intervenus à titre gracieux en Norvège » », est-il précisé. « En clair, l’estimation des coûts : c’est n’importe quoi entre 0 et 95 M€ (prorata de 62 M€ en Australie, versus le nb d’internautes) », réagit Jean-Michel Planche.

« Quid du risque pour l’Internet lui même »

A la lecture de l’ensemble de l’étude, Jean-Michel Planche nous indique : « on peut constater qu’aucune analyse d’impact économique, industrielle sur les conséquences de telles mesures n’a été fait. Quid du risque pour l’Internet lui même. Quid du risque de perte d’attractivité de notre territoire qui sera percu comme anti-innovant ? Quid du risque sur les infrastructures des opérateurs ? Quid du risque de rater toutes les innovations de l’Internet du futur ? »

« Ce document est mieux fait que les documents Hadopi. Les interlocuteurs sont d’un autre niveau. Par contre, rien n’est fait du coté Internet. » poursuit-il. « Et aucune analyse n’est faite sur des mesures différentes. On nous présente le filtrage / blocage par le FAI comme LA solution. J’aurais aimé plus de fond dans l’analyse et que tout l’écosystème soit réellement étudié. » Et de souligner les mesures qu’il préconisen notamment le filtrage par l’usager au niveau des box.

Le document permet de rappeler qu’il s’agit de mettre en œuvre un dispositif uniquement à caractère préventif et que :
- Le principe de subsidiarité de la LCEN sera supprimé.
- Le recours à une autorité judiciaire également.
- Une autorité administrative aura le pouvoir d’obliger les FAI à bloquer des sites.
- En cas de non-respect, ces derniers risquent un an d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.
- Le dispositif technique sera défini par décret.
- Tout en sachant que toute solution a des inconvénients : sur-blocage, engorgement, etc.
- Et que toute solution est facilement contournable.
- Les coûts de mise en place pour les FAI ainsi que les coûts de fonctionnement du dispositif sont inconnus.
- Sans oublier les risques d’exposition de la liste noire, comme cela s’est produit pour un certain nombre de pays (Danemark, Finlande, Thaïlande, Australie).

Remerciements à Astrid Girardeau et à La Libération d'avoir examiné cette affaire. Le copyright appartient à La Libération.

Regarde

Personal tools